Survie dans la jungle

Taman Negara (4) Avec mes 2 compagnons de route du moment, c’est décidé, nous allons trekker dans la jungle du Taman Negara. 3 jours 2 nuits. C’est à la fois court et sacrément long quand on est trempé jusqu’à la culotte et qu’on se bat tous les instants contre les sangsues ou autres insectes (mais surtout les sangsues). 1 heure de pirogue nous permet d’atteindre le début du trek. Avec 4 autres aventuriers et notre guide, nous nous enfonçons dans cette « rainforest » vieille de plus de 100 millions d’années. Le taux d’humidité approche les 80%, nous transpirons dès notre premier pas et le terrain détrempé ralentit notre progression. Mais malgré tout, je trouve cela génial, c’est un vrai retour à la nature. En terme de vie sauvage, nous n’avons finalement pas vu tant d’animaux que ça, si ce n’est les sangsues qui grouillent partout et n’attendent qu’une chose : grimper sur nos chaussures et nous sucer notre sang.

Pour être honnête, grâce à un spray que Frédéric m’avait donné, je n’ai été mordue qu’une seule fois, mais le reste du groupe n’a pas eu cette chance, et puis honnêtement, une fois qu’on à pris l’habitude d’être la cible de ces petites bestioles, on finit par ne plus y faire vraiment attention… Toucan, varan, scorpion (petit, mais dans le pantalon d’Ed), araignées (franchement énormes), porc-épic, chauve-souris, grenouilles, fourmis géantes,  traces de panthère et d’éléphants, voilà à peu près tout ce qu’on a pu observer.

Taman Negara (18)

Nous avons passé la première nuit dans une grotte, cuisiné au feu de bois et dormi « à la belle étoile » (dans la grotte) tout en essayant de maintenir le feu de camps en vie pour éloigner les animaux. Ce qui a été le plus dur, c’est de remettre le lendemain nos affaires trempées (de sueur ou lavées à la rivière) qui n’ont jamais pu sécher dans la nuit. La deuxième nuit s’est déroulée dans un observatoire (genre de grande cabane sur pilotis), mais l’observation de la vie sauvage s’est révélée plutôt infructueuse. Là encore, nos affaires n’ont absolument pas pu sécher, d’autant que 30 minutes avant d’arriver à l’observatoire, nous avons expérimenté la pluie (on n’appellerait pas cela une « rainforest » s’il ne pleuvait pas un peu !!) : en moins de 5 minutes, nous étions trempés comme si nous avions plongé tout habillés dans une piscine !!

Taman Negara (60)

J’ai adoré ce petit trek dans la jungle, mais retranscrire avec des mots ou en photos ce que j’ai vécu est assez difficile. En plus, je suis assez contente de ne pas avoir emmené avec moi mon gros appareil photo (j’aurais eu trop peur de l’abîmer avec l’humidité ambiante, et il est franchement lourd, je portais déjà 7 kg sur le dos, c’est assez pour moi !!), donc les photos ont été prises avec un petit appareil tout terrain, soyez indulgents…

J’essaie de couper du bois pour faire du feu !! (Merci Olivier, ton kit de survie s’avère utile 😉 )

This entry was posted in Asie, Récits. Bookmark the permalink.

4 Responses to Survie dans la jungle

  1. Quentin says:

    Mais elles sont toutes petites ses sangsues !!!!

    En tous les cas ca doit être bien sympa comme aventure…

    Quentin

  2. Benisty Yves says:

    C’est un jeu de patience, de couper du bois !

  3. Auré says:

    Ça a dû être sympa !
    Pas facile de couper du bois avec cette scie on dirait !

    Continue bien ton voyage, grosses bises !

  4. Melanie says:

    On n’a pas eu la joie d’expérimenter le Taman Negara mais on a remplacé par Mulu sur Bornéo (toujours en Malaisie) mais en un peu plus soft. A faire quand tu voudras revivre une experience proche du Taman Negara ! avec en plus de la speleo dans une grotte pleine d’araignées. Lire tes aventures nous rappelle des souvenirs héhé !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *