Amérique,  Récits

Iquitos ou la jungle amazonienne

Initialement, je n’avais pas prévu d’aller dans la jungle. Mais cela représente 50% de la surface du pays, et j’ai trouvé des billets d’avion à moins de 50€, alors pourquoi se priver ? Donc, j’ai quitté Lima pour Iquitos. Il n’y a aucun moyen pour aller à Iquitos autre que l’avion ou le bateau. Le bateau me tentait bien, mais cela prend entre 5 et 7 jours, et pendant ce temps-là, on ne voit pas grand chose, si ce n’est des étendues vertes à perte de vue. J’ai donc opté pour l’avion, en plus sur le bateau, il y a beaucoup de moustiques…  Me voilà à Iquitos, mais ce n’est pas une destination en soi, c’est le point de départ d’un trip de 5 jours dans la jungle. Je suis attendue dès la sortie de l’avion par mon guide (surtout pour aller règler l’excursion), qui m’amène à un hôtel pour la première nuit et vient me chercher le lendemain matin. il n’est pas 9 heures qu’il fait déjà très chaud. Mais nous prenons rapidement un bateau qui nous emmène en 45-60 minutes jusqu’au lodge où je vais passer 5 jours et 4 nuits. Il est situé sur le rio Momon qui se jette dans le rio Nanay qui, lui-même, se jette dans l’Amazonie. Premier jour, il n’y a pas grand chose à faire à part se prélasser au bord de la piscine. Je retrouve Elsa et Michel, que j’ai rencontrés au Chili, puis retrouvés en Bolivie et au Pérou.

Le lendemain, à l’aube (5h30 du mat), je vais observer les oiseaux. Mais le temps n’est pas de la partie, et les oiseaux ne sont pas très visibles. Dommage ! Puis nous allons en bateau, toujours (tous les déplacements se font en bateau ou en pirogue) découvrir une petite distillerie de canne à sucre : ils font artisanalement du rhum, de la mélasse et du caramel. Puis (dans le désordre, sur 4 jours), je suis allée pêcher (une fois sur la rivière, une fois des piranhas, j’ai beaucoup pensé à Cyril mon cousin par alliance), j’ai visité une réserve animalière, un jardin botanique et de plantes médicinales (la même plante permet de soigner l’ulcère gastrique, l’arthrite, l’arthrose, les plaies, les morsures de serpent…), un zoo, 2 villages indigènes (dont les Jibaros,réducteurs de têtes)…. Bref,je ne me suis pas ennuyée. Les seuls désagréments de la forêt : la chaleur (jusqu’à 35°C, très humide) et les moustiques. A part ça, on trouve de tout dans la jungle, car il y avait internet avec Wifi dans le lodge, et la télévision avec le satellite : j’ai pu regardé un certain nombre de matchs de Roland Garros…

Point de vue faune, je n’ai rien croisé de bien dangereux, si ce n’est peut être quelques araignées. Une petite grenouille avait élu domicile dans la salle de bain, cela faisait de la compagnie… 😉

Au bout de 5 jours, retour vers la côte ouest, les Andes et Lima.

2 commentaires

  • Melanie

    Ca rappelle la jungle en Malaisie sur Borneo, des supers souvenirs ! D’ailleurs je pourrai te raconter ce qu’on a fait car je crois que tu vas aussi y passer, on y avait meme fait de la speleo.
    Mais là ca paraissait plutot tranquille apres tous les trecks que tu as deja fait depuis le début du voyage ! C’est cool que ton genou aille bien 🙂 A++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *