Récits

Phonsavanh

 Phonsavanh est connue essentiellement pour les plaines de jarres que l’on trouve aux alentours. On ne connait pas très bien l’origine de ces jarres qui jonchent sur plusieurs km², certains leur attribuent une utilité funéraire, d’autres pensent qu’elles permettaient de faire du whisky (en fait, l’alcool de riz). Avec Frédéric et Philippe (cf post précédent), nous sommes allés visiter les 3 sites actuellement accessibles au public. Pouvant mesurer jusqu’à 2m50 de haut, ces jarres sont surtout impressionnantes quand on essaie d’imaginer comment elles ont pu être apportées là…

L’autre particularité de Phonsavanh, c’est que cette ville se trouve dans une région fortement bombardée par les Américains lors de la guerre du Vietnam. Un certain nombre de bombes n’ont pas explosé lorsqu’elles ont touché le sol, et actuellement cette région est truffée de bombes ce qui complique grandement la vie de la population locale. Les habitants ont l’habitude de récupérer les bombes et de les utiliser pour toute sorte d’usage (une fois désamorcées) : barbecue, pot de fleur, pilotis… Ils utilisent même l’aluminium récupéré pour le fondre et en faire des cuillères. Le problème, c’est que ces bombes blessent ou tuent encore aujourd’hui enfants, paysans (quand ils labourent leurs terres…) Un « musée » (extrêmement bien fait) consacré à ce problème de bombes m’a permis de prendre conscience de l’ampleur du problème. N’hésitez pas à consulter le site : www.maginternational.org

Mais ce que j’ai le plus apprécié dans la région, c’est qu’on a pu aller à la rencontre de la population, et on a découvert la vraie vie laotienne. Ayant loué pour la journée des scooters, nous sommes allés voir le « bomb village ». Nous aurions dû pouvoir voir des maisons construites sur des pilotis de bombes, mais nous n’en  avons pas vraiment vu. En revanche, en nous baladant dans le village et en cherchant une chute d’eau, nous avons fait la connaissance de 3 garçons qui nous ont conduits jusqu’à la cascade. Même s’ils ne parlaient pas un mot d’anglais, les échanges ont été très enrichissants : ils nous ont appris à tirer avec une fronde, nous ont fait goûter toute sorte de fruits, et nous ont conduits non seulement jusqu’à la cascade mais nous ont servi de guides pendant plus de 2 heures pour longer la rivière : je me serais crue dans Koh-Lanta !! C’était génial. Moments magiques de partage….

Un commentaire

  • Quentin

    C’est rigolo Phonsavane c’est le nom du prof pricipal d’Hugo ! Bon allez je vais bosser un peu au lieu de raconter des connerie sur ton super blog.

    Merci encore pour le voyage ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *